Chose promis, chose due

version intégrée


Version Youtube

C’est un véritable passage à tabac qui s’est joué dans la nuit de lundi à mardi près de Lyon.

L’affaire remonte à plusieurs jours. Ce samedi, dans un restaurant de Saint-Priest, le rappeur Sadek devait venir faire un showcase, sorte de petit concert intimiste. Mais ce concert avait été annulé par crainte de débordement après des appels allant dans ce sens, relayés sur les réseaux sociaux.

A l’origine de ces appels à venir perturber le concert, le sulfureux Bassem Braiki, youtubeur le plus connu de Vénissieux qui avait déjà envoyé ses troupes perturber le showcase de Booba prévu à Dardilly en 2016. Sadek avait ensuite menacé Bassem en lui demandant d’envoyer son adresse pour une rencontre, ce qu’avait fait le youtubeur tout juste sorti de prison, à travers Snapchat.

Cette nuit, ce sont donc au moins quatre individus qui ont attendu au pied de l’immeuble de Bassem, à Vénissieux, pour en découdre. Bassem Braiki est arrivé devant son immeuble et s’est fait littéralement lyncher. Durant de longues secondes, les coups de pied et de poing, mais aussi de matraque télescopique, pleuvent sur la victime au sol. Le sang coule sous les insultes des agresseurs présumés, dont Sadek, qui n’a pas hésité à filmer durant la rixe puis à publier le clip sur Twitter, générant de nombreuses réactions.

Contactés par notre rédaction, les sapeurs-pompiers nous ont confirmé avoir pris en charge un homme âgé de 37 ans sur la commune de Vénissieux peu après 4h du matin. Le blessé, semble-t-il Bassem, a été conduit à l’hôpital en urgence relative.

Pendant que les secours s’afféreraient, Sadek continuait d’alimenter les réseaux sociaux, cette fois en train de fanfaronner après cette descente, n’hésitant pas à montrer ses mains ensanglantées.

Photo de Sadek sur twitter après son « exploit »

Pour le moment, on ne sait pas si une enquête sera ouverte par la police ou non. Si cela est le cas, les enquêteurs ne devraient pas avoir de mal à retrouver les protagonistes de ce déferlement de violence puisque de nombreux visages sont reconnaissables sur les différentes vidéos publiées dans la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *